Rapport de descente sur terrain Matadi (KOSANZI, chef du Groupe)

INTRODUCTION

 

Dans le cadre du cours de Lever géologique au sein du Département des Géosciences, les Etudiants de troisième année (Graduat) effectuent comme d’habitude la descente sur terrain dans le but d’associer la théorie apprise à la pratique.

Retenons tout d’abord que le cours de Lever géologique a pour but essentiel la réalisation de la carte géologique d’une région (Matadi par exemple). Alors, comme cela s’apprend surle terrain sous la conduite d’un maître expérimenté (tel c’est le cas de Chef des Travaux MAKOKA), nous devions nous soumettre  afin de nous procurer des connaissances.

En effet, nous avons eu abondamment des notes pour nous procurer de quelques indications pratiques susceptibles de nous guider dans notre premier travail de Lever parce que nous sommes des débitants sans doute ni mentir.

En sus, nous avons déjà compris dès à l’auditoire les différentes opérations à effectuer sur terrain pendant le Lever,appris à préparer la mission de terrain pour le Lever géologique,à corréler les données éparses et fragmentaires des affleurements en vue d’aboutir à une carte géologique correcte et cohérente, et surtout à reconstituer les phénomènes géologiques passés expliquant ceux qui restent observés actuellement sur le terrain.

Hormis l’introduction et la conclusion, le canevas de notre travail seprésente de la manière suivante:

  1. Préparation de la descente sur terrain

I.1. Préparation logistique

I.2. Matériels de Lever ;

  1. Présentation du terrain :

II.1. Cadre géographique ;

II.2. Cadre géologique ;

II.3.Travail de terrain proprement dit ;

  1. Carte d’affleurement ;
  2. Carte géologique ;
  3. Conclusion et recommandation.
  1. PREPARATION DE LA DESCENTE SUR TERRAIN

Toute descente sur terrain en vue d’un lever géologique exige une préalablepréparation, celle-ci nous oblige à récolter tous les équipements possibles et documents cartographiques qui nous permettront de faire un bon lever sur terrain. Nous devons donc amener les matériels de terrain, prévoir les frais de logement et autres. D’où, on parle de préparation logistique pour la descente sur terrain.

 

  1. PREPARATION LOGISTIQUE

En effet, nous avons effectué notre départ précisément  le 17 Juillet 2015. Lors de départ, nous nous étions scindés en deux groupes en quittant Kinshasa au même moment 10 heures précises, mais les uns sont arrivés à Matadi vers 22 heures tandis que les autres vers 1 heure du matin suite aux pannes survenues en route. Nous avons passé nuit au collège NTEMTEBWA, le 18 Juillet 2015. Mais,nous devons quitter l’école NTEMTEMBWA pour aller afin nous loger le lendemainà l’école primaireVUVU KIETO 2 (juste à côté).

Nous avons commencé le travail de terrain précisément un dimanche  du 19 Juillet 2015pour clôturer le 25 et 27 du même mois afin de regagner Kinshasa.

  1. MATERIELS DE LEVER

Au total,à l’exceptionde nos carnets  de terrain, crayons et feutres, nous avons apporté les matériels suivants:

  • 12 marteaux pour la prise des échantillons de roches ;
  • 14 boussoles pour le prélèvement des mesures structurales (direction et pendage);
  • 12 GPS pour la déterminationdes coordonnées géographiques (Latitude, longitude et altitude) ;
  • Appareils photographiques pour la prise des vues de certains faits intéressants sur terrain (camera et même téléphone); ainsi que les
  • Fonds topographiques pour ploter les stations.
  1. PRESENTATION DU TERRAIN

II.1. cadre géographique

II.1.1. Aspects physiques

En parlant des aspects physiques, on ne cesse pas au fond de parler de la localisation géographique, du relief, de l’hydrographie ainsi que de la végétation.

  1. localisation géographique

La ville de Matadi est située dans la province de Kongocentral dont elle est le chef-lieu de la dite province qui est limitée :

  • De l’Est par la province de Bandundu ;
  • Du  Nord-Estpar la province de Kinshasa ;
  • De l’ouest par l’océan atlantique ; et
  • Du Sud par l’Angola.

La ville de Matadi présente les coordonnées géographiques ci-après :

  • Altitude: entre 50m au niveau du fleuve et 500m au sommet des collines tel c’est le cas de Pic Cambier ;
  • Latitude sud : 5°48’38’’ ;
  • Longitude est : 13°29’12’’

Elleprésente une superficie de 110km2

  1. Relief

La ville de Matadi est située sur un site rocailleux constitué essentiellement de quartz et de croûtes latéritiques et calcareuses.

 

  1. Hydrographie

Le réseauhydrographique de Matadi est composé  de deux principaux cours d’eau à savoir :

  • Le fleuve Congo et
  • La rivière Mpozo.
  1. Végétation

La ville de Matadi est située dans la zone couverte par une savane herbeuse, caractérisée par les hautes herbes avec des arbustes clairsemés (épars).

II.1.2. Aspect climatologique

1. Type de climat

La ville de Matadi appartient au type des climats  selon la classification de Koppers avec 4 mois de saison sèche de Juin à Septembre et 8 mois de saison pluvieuse d’Octobre à Mai.

2. Pluviométrie

      Les précipitationsobservées à Matadi en 2003 :

  • Janvier : 150,3 mm
  • Février : 163,6 mm
  • Mars : 124,0 mm
  • Avril : 107,2 mm
  • Mai : 93,5 mm
  • Juin : 0,0 mm
  • Juillet : 0,6 mm
  • Août : 0,00 mm
  • Septembre : -
  • Octobre : 128,7 mm
  • Novembre : 397,0 mm
  • Décembre : 377,4 mm.

Moyenne annuelle : 1.541,9 mm

3. Température

La ville de Matadi est la zone la plus chaude de la province du Kongo central ; ainsi donc :

  • La température moyenne maximale est de 35°,
  • La température moyenne est comprise entre 24° et 26°.

II.2. Cadre géologique

 

Le Protérozoïque supérieur est représenté par le groupe Zadinien qui est à son tour représenté par le sous-groupe de la Vangu-Gangila comprenant le complexe des roches vertes (roches basiques et ultrabasiques) de Gangila et le Sous-groupe de Matadi-Palabala  dans lequel on distingue, au sommet, la formation quartzitique de Matadi, et à la base, la formation de Palabala constituée de quartzites et de micaschistes.Le protérozoïque inférieur appelé aussiKimezien est représenté par le complexe gneissique de Mpozo- Tombagadio daté il y a 2500 Millions d’années. Celui-ci est lithologiquement constitué de gneiss migmatitiques, gneiss amphibolitiques, calcaires cristallins, roches vertes et de quartzites micacés.

Par ailleurs, la tectoniquede la région est dominée par deux cycles orogéniques différents dont le plus ancien est constitué par l'orogénèse Tadillienne ayant affecté le socle gneisso-amphibolitiqueKimezien daté de 2150 Millions d’années ; et la plus récente, l'orogenèse d’Ouest-Congo (565Ma). L’orogenèse est une édification des chaînes de montagnes.

 La région de Matadi, comme tout le Mayumbien, fait partie de la zone interne de l'orogenèse dans laquelle on trouve, d'une part, les gneiss migmatitiques du Kimezien, affectés par l'orogénèse Tadillienne de 2125-2150 Ma et, d'autre part, les groupes tels que le Zadinien et le Mayumbien qui dans la région considérée, ont été affectés, avant l'orogénèse d’Ouest Congo, de diatrophismes n'ayant l'importance ni de cette orogenèse ni de l'orogénèse Tadillienne. Le diatrophisme est un ensemble des déformations et des dislocations subies par de vastes parties de l’écorce terrestre.Les formations Zadiniennes et les laves basiques de Gangila qui surmontent l'anticlinal de Matadi, sont essentiellement une structure d’Ouest-Congo.

Le métamorphisme dans la phase de plissement s'est produit au milieu d’épizone à mésozonesupérieure (greenschist facies). En effet, son action a provoqué une rétromorphose accompagnée de cataclasedans le gneiss Kimezien de Mpozo-Tombagadio.

La présence de granite et de syénite prouve en suffisance qu’il y a eud’activités magmatiques dans la région. Alors, le fait que laformation de Palabala, dans sa partie inférieure, ainsi que le soubassement sont coupés par denombreux sills des métarhyolites porphyriques à aphanitiques, on constate qu’une activité volcanique suggère clairement au sommet de cette formation.On note l'absence de traces du volcanisme rhyolitique dans la formation de Matadi, mais on observe des structures indicatives de coulées aériennes à l'est de Matadi. Cependant, à l'Ouest, on a des pillow-lavas dont les noyaux épidotitiques sont transversalement coupés par des fractures radiales cimentées par la calcite et le quartz, et sont affectés par la foliation d’Ouest-Congo.

Au début de temps Néoprotérozoïque, au centre de la chaîne d’Ouest Congo, un magmatisme caractérisé par des granites hyperalcalins, des rhyolites, des laves mafiques et felsiques s'étaitdonc développé. Là, la succession des événements magmatiques s'arrête avec la mise en place des intrusions granitiques hypabyssales associées aux rhyolites.Le faisceau de Matadi et de Palabala comprend la formation de quartzites de Matadi et celle de Palabala.

 

 

 

 

 

 

 

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

 

Enfin, nous avons été à Matadi dans le cadre de cours de Lever géologique pour associer la théorie apprise à la pratique. Le cours de Lever géologique a pour but essentiel la réalisation de la carte géologique d’une région (Matadi par exemple). Alors, comme cela s’apprend sur le terrain sous la conduite d’un maître expérimenté (tel c’est le cas de Chef des Travaux MAKOKA), nous devions nous soumettre afin de nous procurer des connaissances.

En effet, nous avons eu abondamment des notes pour nous procurer de quelques indications pratiques susceptibles de nous guider dans notre premier travail de Lever parce que nous sommes des débitants sans doute ni mentir.

Pour conclure, ce terrain a été d’une importancecapitale à notre formation avec espoir de faire de nous defuturs Géologuesqualifiés et compétitifs. En effet,  à lalumière de ce qui précède  à partir des géotraverses sur terrain, nous nous sommes rendu compte que la région de Matadi est constituée par des  faciès magmatiques et métamorphiques ayant subi la tectonique  majeure  suite aux études menées, qui suggèrent que les formations du  Kongo centrale (Ex-Bas-Congo) ont été affectées par deux cycles  orogéniques dont le cycle Tadillien et le cycle d’Ouest Congo tout en mettant en place deux coupures majeures.

 

Ainsi, il révèle une nouvelle subdivision avec de nouvelles appellations de super groupe, groupe  et sous-groupe, tout en pensant que les ensembles stratigraphiques dont le Kimezien (daté du paléo protérozoïque), Zadinien (daté du protérozoïque), Mayumbien (daté du mésoprotérozoïque), l’Ouest Congolien (daté du néo protérozoïque) n’ont pas été affectés par 4 cycles orogéniques (Tadillien, Zadinien, Mayumbien et Ouest Congolien), mais  plutôt par deux cycles orogéniques dont le cycle Tadillien et le cycle d’Ouest Congo, tout en assimilant les autres ensembles à un changement des faciès lithologiques donnant ainsi, de nouvelles subdivisions et de nouvelles appellations  de super groupe ,de groupe et de sous-groupe (super groupe de Kimezien,Mayumbien et Ouest Mongolien).

 

 

Cette descente nous a également permis d’observer les différents faciès que peuvent présenter un terrain, de comprendre comment utiliser les différents matériels de leveret concilier  sur terrain les connaissances acquises au cours à la pratique.

 

Nous tenons à signaler que ces matériels étaient insuffisants pour un effectif d’au moins 112 étudiants,aussi bien que chacun devait apprendre comment manipuler chaque matériel. A cela, le Département doit s’organiser à ce qu’on ait nos matériels suffisants.

 

En plus, les coordonnées géographiques, les descriptions lithologiques, les mesures structurales ainsi que les photos de roches affleurées sont annexées à la suite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remerciements

 

Nous tenons à remercier tous ceux qui, de près ou de loin, ont pu nous assister dans la réalisation de cette œuvre scientifique de dur labeur. La fin de cet exercice a été possible grâce à l’encadrement du Chef des Travaux MAKOKA Frederick qui, malgré ses nombreuses occupations et même malade au terrain, a accepté d’assurer notre encadrement en nous prodiguant des conseils, des remarques et suggestions pouvant nous rendre petit à petit des Géologues.

 

Enfin, ses enseignements et son expérience nous ont permis d’améliorer nos connaissances. Nous  remercions également nos deux assistants dont TSHIGENIRA LOKETO Ange et TCHIBUMBU PIERE Papy ainsi que nos chers camarades qu’ils trouvent ici l’expression de nos sentiments de reconnaissance.

 

L’important est le point essentiel, l’essentiel est le point capital, le capital est l’ensemble de notre ressource intellectuelle.

 

Nous vous remercions !

 

 

Litshani Makambo

Kosanzi Kosso

Kisembo-Bin

Kisisa Agwedu

Legasi Lavie

Koko

 

 

 

 

 

 

Sommaire

INTRODUCTION.. 1

I.      Préparation de la descente sur terrain. 1

II.     Présentation du terrain : 1

III.        Carte d’affleurement ; 2

IV.        Carte géologique ; 2

V.     Conclusion et recommandation. 2

I.       PREPARATION DE LA DESCENTE SUR TERRAIN.. 2

1.      PREPARATION LOGISTIQUE. 2

2.      MATERIELS DE LEVER. 2

II.      PRESENTATION DU TERRAIN.. 3

II.1. cadre géographique. 3

II.1.1. Aspects physiques. 3

A.     localisation géographique. 3

B.      Relief. 3

C.      Hydrographie. 4

D.     Végétation. 4

II.1.2. Aspect climatologique. 4

1. Type de climat. 4

2. Pluviométrie. 4

3. Température. 5

II.2. Cadre géologique. 5

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS. 7

Remerciements. 9

Sommaire. 10

Ce travail a été rédigé par KISEMBO-BIN-MWANGA en collaboration avec LEGASI MAWA Lavie, corrigé par LITSHANI MAKAMBO Daniel en collaboration avec KOSANZI KOSSO Francis.

 

 

Commentaires (1)

Janvier KABONWA
  • 1. Janvier KABONWA | 23/10/2018
Bjr les gars,

J'ai lu avec intérêt votre rapport de terrain. Courage

Ajouter un commentaire

 

Bienvenue dans le site de LITSHANI MAKAMBO Daniel: GK Danigra de Global.

Vous avez le droit d'exécuter un copier-coller sans problème.

Le site est créé pour vous rendre service bénévolement.

En cas de difficulté, contactez-moi à mon adresse mail: danigralitshani@gmail.com

Ou bien à mon numéro de Téléphone: +243 81 99 40 646

Merci